Présentation « ÉDITIONS UNIC
Présentation

presentation

Les livres des éditions Unic résument les recherches effectuées pendant plus de 20 ans par Joël Bertho, sur l’Égypte en particulier où il s’est rendu 11 fois, sur les temples précolombiens et khmers et de façon plus large sur les civilisations anciennes situées aux abords des grands courants marins pour étudier les relations possibles entre ces différents continents.

Son premier ouvrage a porté sur la construction des pyramides d’Égypte, car il avait remarqué in situ que des blocs présentaient des indices de moulage et a proposé une thèse montrant qu’une partie de certains monuments était faite de pierres reconstituées composées de sable, d’eau et de durcisseurs équivalents à nos bétons modernes (La pyramide reconstituée – éditions Unic).

De nombreuses théories ont été échafaudées sur le sujet, mais il a soumis la sienne à des scientifiques compétents (Suzanne Raynaud et Henri De La Boisse, docteurs en géologie de l’Université de Montpellier, Farid Makroum, de l’Université de Mansourah en Égypte, le docteur Bernard Clavaux, spécialiste des ciments réfractaires), qui l’ont trouvée crédible et ont travaillé sur son hypothèse pour présenter une étude réellement scientifique. Malheureusement, les hautes instances de l’égyptologie n’ont autorisé aucun prélèvement, alors qu’il aurait été si simple de valider ou réfuter ces recherches. Le sujet reste bien sûr d’actualité.

Dans le même temps, il a étudié l’écriture hiéroglyphique de façon approfondie pour tenter de trouver des textes qui conforteraient son hypothèse et a découvert que les hiéroglyphes décryptés par Jean François Champollion proposaient une lecture supplémentaire. Une vingtaine d’entre eux sont des phonèmes qui forment une sorte d’alphabet symbolisant parallèlement des concepts.

Il a consigné ces recherches dans 3 livres abondamment illustrés.  Le tome I : « Le langage des dieux égyptiens – l’écriture hiéroglyphique et ses concepts » est un dictionnaire de ces fameux concepts dans l’écriture égyptienne (380 pages). Le tome II : « Le langage des dieux égyptiens – la mythologie égyptienne et ses codes secrets » raconte la mythologie à travers les concepts (324 pages). Le tome III : « Le langage des dieux égyptiens – les codes secrets des bâtisseurs » est consacré aux codes utilisés par les bâtisseurs toujours à travers ces concepts (204 pages). Il revient sur les modes de construction en Égypte, sujet de son premier livre « La pyramide reconstituée ».

Sa surprise a été immense le jour où en examinant un moai de l’île de Pâques exposé au British Muséum à Londres, il a reconnu sur son dos un hiéroglyphe égyptien n’existant dans aucune autre écriture au monde. Il est accompagné d’autres hiéroglyphes signifiant « 3 mois ». Une inscription égyptienne de l’autre côté du monde ?

Il s’est par la suite penché sur l’écriture maya, assimilée aux écritures logosyllabiques auxquelles appartiennent aussi l’égyptien ancien, le sumérien, le hittite. Il a déterminé qu’elle fonctionnait selon le même principe de concepts que les hiéroglyphes ! Et les peuples précolombiens construisaient aussi des pyramides ! Le site de Caral au Pérou notamment, montre les vestiges de pyramides datant de 2650 avant notre ère, tout comme la première à Saqquara en Égypte.

Il a donc écrit 3 autres livres. Le premier : « Le savoir maya » est un dictionnaire des glyphes mayas avec leur sens symbolique à travers les concepts et une approche de la mythologie (352 pages). Le second : « Toi, moi et le maya au courant de l’histoire » est une étude approfondie présentant, à travers les écritures, les constructions, les similitudes entre ces deux continents et l’évidence de contacts à cette lointaine époque rendue possible par les courants marins (388 pages). Le troisième livre : « Au courant de l’histoire » est un résumé de ses recherches.